Paravent au Rijksmuseum d’Amsterdam

Le Rijksmuseum possède une section japonaise, où l’on peut admirer un grand double paravent moderne réalisé à l’encre sur papier.

Le paravent représente un pèlerinage sur le Mont Fuji.
Il a été peint vers 1925-1930 par Yoshida Hiroshi (1876-1950).
« Un groupe de pèlerins marche en file au-dessus de la ligne des nuages, entre les grands rochers du Mont Fuji. La montagne est rendue dans son intégralité par de puissantes lignes calligraphiques sur l’autre paravent. Le graveur et peintre Yoshida est connu pour ses paysages de montagnes. Il était un fervent alpiniste et a fait des dessins en voyageant autour du Monde. »

Je suis particulièrement touché par la simplicité de moyens, la force qui émane du tracé, la puissance d’évocation de la scène des pèlerins. Je suis moi-même amateur de montagne et je me trouve emporté au milieu des pèlerins.

J’ai photographié chaque panneau, puis soigneusement reconstitué chaque face du paravent. Les images sont en assez haute résolution, il peut y avoir un délai d’affichage pleine page en cliquant sur les vignettes des faces du paravent.

Conférence au Dojo Zen de Paris le 8 février 2020

Alain Plaignaud donne une conférence sur les bases philosophiques du sumi-e, le samedi 8 février à 14:30 au Dojo Zen de Paris

Les points abordés sont :

  • Bases philosophiques
  • Principaux thèmes
  • Analyse rapide de quelques œuvres de maîtres anciens
  • Eléments historiques
  • Articulation avec le Zen
  • Pinceau comme Voie

La conférence se terminera par une démonstration de peinture.

Elle sera suivie par une séance de découverte de la peinture, la main étant guidée pour réaliser un bambou complet.

Voir l’événement sur le site du Dojo Zen de Paris : http://www.dojozenparis.com/event/sumi-e/

Dojo Zen de Paris : 175 rue de Tolbiac, 75013 Paris, entrée par la porte cochère à gauche de la Boutique Zen, salle de conférence au rez-de-chaussée.

Exposition des sumi-e de Beppe Mokuza à Amsterdam

Mon maître Beppe Mokuza expose une cinquantaine d’oeuvres originales, à la galerie Art’otel d’Amsterdam, du 24 janvier au 24 mars 2020. Ces oeuvres couvrent une grande période, des paysages et des peintures abstraites sont les témoins de son art d’il y a 25 ans, mais la plupart ont été réalisées pour cette exposition.

Art’otel d’Amsterdam : en face de la gare NS Amsterdam Centraal, Prins Hendrikkade 33, 1012 TM Amsterdam, Pays-Bas, tel : +31 20 719 7200.

Sceaux

Le sceau est un élément important de la composition. Il représente soit le nom du peintre, soit un court aphorisme qui est en résonance avec l’esprit de la peinture.
Le sceau est traditionnellement gravé sur une pierre, généralement dans le style dit sigillaire, qui est la trace des écritures très anciennes que l’on a retrouvées inscrites sur des pierres en Chine.

Ici le sceau du haut est mon nom reçu, 恵行 KEI GYO pratique bienveillante.
Le sceau du bas est l’aphorisme « existence, non-existence ».

Rentrée 2019

Le premier stage à Paris sera le dimanche 8 septembre 2019 au Dojo Zen de Paris.

Le premier stage à Versailles sera le samedi 14 septembre 2019 à l’Atelier d’Alain.

Retrouvez-nous au Forum des Associations de Versailles

Les Ateliers de l’Encre Poétique seront présents au Forum des Associations le samedi 7 septembre 2019, sur le stand E-14 au début de l’avenue de Paris dans la section Art-Culture-Patrimoine (précédemment positionné L-45, à l’intérieur de l’Ancienne Poste et encore précédemment positionné A-02, dans la Forge des Petites Écuries du Château de Versailles).

Le plan du Forum dans sa dernière mise à jour.

Informations de la Ville sur le Forum (en attente de mise à jour par la Ville)

Katabira au Musée National de Tokyo

Un splendide vêtement de la période Edo (XIXe siècle) est conservé au Musée National de Tokyo, un katabira (un vêtement d’été sans doublure) orné d’un motif de bambou directement plein à l’encre de Chine.

Il n’était malheureusement pas possible de voir l’ensemble de la face avant, on aurait aimé suivre les branches de bambou qui jouent entre les deux faces. La face postérieure et les parties visibles de la face avant montrent toutefois une belle maîtrise de la composition, avec un tracé parfaitement net.

Paravent au Musée National de Tokyo

Lors d’une visite du Musée National de Tokyo, je me suis attardé devant un grand paravent représentant un paysage peint à l’encre, marqué du sceau de Shuho, daté de l’époque Muromachi au 16e siècle.

Voici les deux faces du paravent présentées côte à côte au Musée, avec une mise à plat des panneaux pour mieux apprécier la composition.

(Afin d’accéder jusqu’au grain du papier, la résolution est très élevée, les images peuvent être longues à charger en cliquant dessus.)

Le texte de description du Musée indique: « La composition ondulante et dynamique ainsi que les figures humaines penchées en avant ressemblent au style de Sesson (16e siècle). Sept scènes du thème chinois « Huit scènes de Xiao et Xiang » sont dans cette peinture. »

Xiao et Xiang sont deux rivières de la région de Changsha (Hunan), sujet prisé pendant la dynastie Song (960-1279). Voici une liste possible des huit scènes, ce sont des clefs intéressantes pour se plonger dans le paysage représenté sur le paravent :

  • La pluie la nuit sur la rivière Xiao,
  • Le retour des oies sauvages,
  • Le gong du soir au temple Qingliang,
  • Le temple dans la montagne,
  • La neige le soir,
  • Le village de pêche à la lueur du soir,
  • La Lune en automne sur le lac Dongting,
  • Le retour du voilier.

Le coup de pinceau vif pour esquisser la crête des montagnes donne ce mouvement dynamique et emporte le spectateur. Il contraste avec les aplats grisés qui donnent la masse de la montagne. L’échelle est donnée par les arbres et les constructions.